When it's Over.

Sheffield Hallam University. Trouverez-vous votre place ici ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].

Aller en bas 
AuteurMessage
Akemi Hanako

avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 29
Localisation : Quelque part ^^'
Humeur : Ca pourrait être pire.
Date d'inscription : 02/03/2008

Feuille de personnage.
Envie du moment: Solitude..
Relations:

MessageSujet: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   Sam 15 Mar - 21:50

Akemi avait marché longtemps. Ca commençait bien.. La station du bus, qui l'avait déposée avec une heure d'avance, était très loin du nouvel établissement de la jeune asiatique. Et c'est donc d'une humeur massacrante qu'elle était arrivée devant la grille de l'Université, jurant par tous les noms qui lui passaient par la tête. Il était à peine sept heure du matin, et il faisait froid. Oui, il faisait très froid. Et le vent qui s'engoufrait entre les branches des arbres, secouait, par la même occasion, la sombre chevelure soyeuse de l'adolescente. Celle-ci continua de marcher, puis aperçut enfin la grande grille délimitant l'entrée de l'établissement dans lequel Akemi allait essayer de commencer une nouvelle vie. Mais ça commençait mal. Très mal. Habituée aux paysages japonais de sa région, la jolie demoiselle au regard d'acier n'arrivait pas à surmonter ce nouvel environnement qu'était Londres. C'était si différent.. Bien que de terribles souvenirs étaient restés dans sa ville natale, Akemi se sentait encore plus mal ici. Elle ne connaissait rien ni personne, même si elle n'avait jamais eu d'ami véritable, et ce même à la source de ses origines qu'elle n'osait pas renier. La jeune fille, ignorant toujours l'existance du verbe 'sourire', s'arrêta devant son nouvel établissement, et détailla le mur délimitant le lieu. Près de celui-ci se tenait un homme. Ou plutôt, un jeune homme. Etudiant ici, sans aucun doûte. Même la nature de reine des glaces d'Akemi devait reconnaître qu'il était plutôt pas mal, surement japonais, lui aussi. Ne sachant trop que faire et frissonnant de la tête aux pieds, l'adolescente lui adressa des brèves paroles, dénuées de chaleur.
    - Bonjour. Vous savez pas comment j'pourrais rentrer là-d'dans ?
Elle désigna la grille qui lui barait le chemin. Peut-être que la question paraissait débile, mais Akemi ne savait pas trop si il fallait attendre quelque chose ou quelqu'un, pour pouvoir rentrer. C'est pourquoi elle avait préféré s'adresser au jeune nippon, même si elle détestait le contact humain. La demoiselle se planta devant lui, regardant le sol tout en attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danyka London
People Error.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Humeur : Peut-être que je vais bien... Peut-être.
Date d'inscription : 16/02/2008

Feuille de personnage.
Envie du moment: ...
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   Sam 15 Mar - 23:04

Danyka n'était pas arrivé tard à l'université. Au contraire. Il était arrivé avec quelques heures d'avance. Il ne voulait pas être en retard, penseraient certains. Mais non. C'était impossible de venir si tôt, même si l'on voulait être à l'heure. Il était venu si tôt seulement parce qu'il n'avait pas réussi à dormir. Et rester au lit ne serait-ce qu'une seconde de plus sans trouver le sommeil, c'était carrément impensable pour lui. Il s'était donc levé, à 4h47 précises pour arriver devant l'établissement moins d'une heure plus tard. Il faisait froid. Très froid. Et il faisait sombre, la nuit cachait encore toute la ville de son voile sombre. Il n'était même pas six heures du matin. Et le blond était déjà devant la grille du bâtiment où il allait étudier cette année. Cette université, la Sheffield Hallam University. Université pour jeunes délinquants. Université où Danyka avait parfaitement trouvé sa place, en fait. Ca paraissait sûrement pessimiste que de penser ça... Mais après des semaines de nuits blanches, comment optimiser ? C'était des plus difficile que d'apercevoir la fin du tunnel à ce stade, là où la lumière se présenterait. Une lueur aux aspects de rêve, certainement, puisque le jeune étudiant voulait dormir. Enfin, le vouloir... Ce n'était pas vraiment ça. Ca ne le dérangeait pas de ne jamais trouver le sommeil. Il aimait tellement se poster à sa fenêtre, et observer la beauté de la nuit. Il adorait sortir de chez lui, sentir le vent glacial de la nuit s'engouffrer dans ses vêtements, le faisait frissonner. Il aimait simplement cette sensation qu'était la liberté. Il se sentait libre la nuit. Ses balades nocturnes amélioraient son présent, aussi terrible soit-il. Le blondinet ne se lassait évidemment pas de ce genre de choses et anticipait. Il savait, dès lors qu'il se couchait, qu'il ne trouverait encore pas le sommeil cette nuit-là. C'était devenu comme un mécanisme. Quelque chose qui s'enclenchait quand son corps frôlait les draps de son lit. Un signal venant de sa peau, remontant jusqu'à son cerveau. Un déclic qui faisait qu'il savait qu'il ne dormirait pas. Et quand ses jambes remuaient sous ses couvertures, quand ses mains s'entrechoquaient lorsqu'il se tournait... Il savait qu'il ne rêverait encore pas cette nuit. Le temps que Danyka repense à tout ça, une jeune femme était arrivée au même endroit que lui. Elle lui adressa la parole, d'une voix froide. Il la toisa un instant, détaillant ses traits asiatiques. Elle frissonnait. Elle avait sûrement froid. Le jeune homme lui répondit, de sa voix glaciale habituelle :

« Bonjour. Il faut les clefs. Et ça n'ouvre qu'à huit heures moins dix. Ou dans cinquantes minutes, si vous préférez. »

Il n'ajouta rien, se contentant de reserrer l'écharpe qu'il avait autour du cou. Il faisait très froid en cette saison, à Londres. Danyka le savait très bien puisqu'il y vivait depuis maintenant un bon nombre d'années. Il était né ici. Et il mourrait sûrement ici. Peu importe la date, mais il connaissait déjà l'endroit. Personne ne l'arracherait à cette ville où il avait grandit. Personne ne l'emmènerait là où une partie de ses origines réside. Non. Le blond resterait ici. Sauf si l'idée de voir ses grand-parents maternels le prenait. Chose qui était carrément impossible, puisqu'il s'était juré qu'il n'irait jamais au Japon. Il ne voulait pas mourir de désespoir dans l'avion. Non. Jamais il n'irait. Il resterait dans cette ville, même s'il y faisait froid.

_________________
.WHEN IT'S OVER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://when-its-over.forums-actifs.net
Akemi Hanako

avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 29
Localisation : Quelque part ^^'
Humeur : Ca pourrait être pire.
Date d'inscription : 02/03/2008

Feuille de personnage.
Envie du moment: Solitude..
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   Dim 16 Mar - 23:17

Akemi était restée plantée là, attendant une réponse. Et ce fut sur un retour du ton glacial qu'elle lui avait lancé, que Danyka répondit enfin, laissant la belle demoiselle frissonner de nouveau, au contact du vent anglais. Le visage de celle-ci s'adoucit légèrement, l'espace de quelques secondes. C'était rare que quelqu'un lui réponde si précisément. Mais c'était aussi rare qu'Akemi ose le contact humain, ne serait-ce qu'avec un simple mot de politesse. Et oui, même si ses parents avaient oublié de lui parler du mot 'sourire', ou encore de la notion de 'bonheur', ils n'avaient pas manqué une seule seconde de rappeler à l'adolescente les bonnes manières. Dire 'bonjour', puis 'merci' et 's'il vous plaît', c'était déjà ça. Même si ce n'était pas forcément lancé de plein gré, ça ne pouvait pas faire de mal. C'est pourquoi Akemi, osant enfin regarder en face son interlocuteur, fit preuve de courage en répondant, les traits plus détendus, le visage moins fermé. Un seul mot suffisait, la jeune nippone ne voulait pas commencer un discours. Et, de toute façon, elle en était incapable. Les paroles avaient oublié de sortir du coeur en sang de la future étudiante depuis bien longtemps. C'est pourquoi sa bouche refusait de laisser échapper autre chose que cette simple formule de politesse, prononcée avec effort.
    - Merci.
Les yeux de la mystérieuse asiatique parcoururent le jeune homme de la tête aux pieds, mais discrètement, et très brièvement, ne laissant pourtant pas échapper un seul détail. Il avait l'air plutôt fatigué, mais il était pourtant arrivé très tôt devant l'établissement. Akemi détestait qu'on l'observe, alors elle essayait de le faire le moins possible avec les autres, même si sa méfiance envers les étrangers l'y poussait. Son regard était cependant resté vide d'expression alors que ses yeux détaillait le corps et le visage de Danyka, finissant tout de même par se reposer sur les chaussures de l'adolescente. Akemi osa enfin bouger. Elle essaya de ne pas donner d'impression de fuite, mais ne put s'empêcher pour autant de s éloigner un peu de son interlocuteur, allant s'appuyer sur l'enceinte de l'Université. Elle tira avec vigueur sur ses manches déjà trop longues, dans le but de réchauffer ses mains prises par le froid, puis laissa son regard pensif se perdre dans le vague, sans attendre une réponse particulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danyka London
People Error.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Humeur : Peut-être que je vais bien... Peut-être.
Date d'inscription : 16/02/2008

Feuille de personnage.
Envie du moment: ...
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   Ven 21 Mar - 23:52

Danyka ne bougea pas. Il n'attendait même pas de réponse de la part de la jeune japonaise, en face de lui. Il avait réussit à cerner chez elle la notion du "moins je parle, mieux c'est", en entendant simplement sa voix. Le ton qu'elle avait employé avait été si froid qu'il en avait de suite déduit ça. Enfin, ce n'était pas trop dur pour lui que de savoir ça, puisqu'il était lui-même comme ça. Cependant, il se surprit à s'être trompé ; elle venait de lui répondre, en lui adressant un simple "merci" sans émotion. Lui, il ne disait presque jamais merci. Ce n'était pas qu'il était mal élevé... C'était simplement qu'il n'aimait pas parler, remercier ou demander des choses aux gens. Alors il faisait le stricte minimum, jusqu'à en réduire sa politesse à néant. Il n'y pouvait pas vraiment grand chose, s'il n'aimait pas parler. Et il restait là, dans ses pensées, sans aucune réaction face aux dires de la jeune femme. Il l'entendit bouger, puis la vit s'adosser contre l'enceinte de l'Université. Elle semblait avoir réellement froid, et être lassée de l'attente. Remarque, Danyka la comprenait. Lui-même ressentait ce genre de chose, sur le coup. Il frissonnait à cause de la température, et des coups de vents qui fouettaient fréquemment son visage. Cependant, ça ne le gênait pas tant que ça, lui qui aimait le froid. C'était un peu comme "son élément", vu qu'il n'aimait pas la chaleur. C'était bizarre pour quelqu'un de détester autant l'été, car c'était une des saisons préférée des humains. Etait-il inhumain ? Peut-être. Mais il s'en foutait presque de l'être ou de ne pas l'être. Ca lui était égal, le plus important était qu'il vivait. Qu'il vivait pour son meilleur ami, Aoi. Ouais, il ne vivait même pas pour lui-même. Bizarre, hein ? Mais non, pas pour lui. Il était comme ça, point barre. Rien ne le changerait. Pas même son père. Pas même Aoi. Pas même la terre entière. Parce que Danyka London était ainsi, et pas autrement. Simplement.

En ayant marre de l'attente que créait l'ouverture de l'Université, Danyka sortit de sa poche de manteau un paquet de cigarettes. Quelques secondes après, un briquet rejoignait le paquet. Il sortit une clope de celui-ci, et le rangea à sa juste place. Il alluma, non sans difficulté à cause du vent présent, sa cigarette et en tira une première bouffée, longuement. Il s'adossa, tout comme Akemi, à l'enceinte de Sheffield Hallam, mais à l'opposé de la jeune femme. De l'autre côté de la grille, en soit. Il posa son regard sur le ciel, repensant à Aoi. Il était l'adjoint de cette Université... Ca allait faire bizarre à Danyka que d'être un élève à qui son meilleur ami pourrait reprocher des tonnes de chose en tant que tel. M'enfin, au fond, il se disait qu'il allait bien rigoler dans cette situation. Il en était même certain. C'était tout bonnement impossible que de ne pas rire dans des circonstances pareilles, n'est-ce pas ? De toute façon, il riait toujours en compagnie d'Aoi. Quelque soit l'humeur que Dany présentait, il riait avec lui.

_________________
.WHEN IT'S OVER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://when-its-over.forums-actifs.net
Akemi Hanako

avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 29
Localisation : Quelque part ^^'
Humeur : Ca pourrait être pire.
Date d'inscription : 02/03/2008

Feuille de personnage.
Envie du moment: Solitude..
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   Sam 22 Mar - 11:38

Akemi était là, adossée contre le mur froid de l'enceinte de Sheffield Hallam, cette université pour jeunes délinquants. Le vent anglais s'engouffrait sans cesse dans sa chevelure brune, dispersant les mèches soyeuses de la belle asiatique devant son visage pâle, le cachant par instant. Mais la reine des glaces ne bougea pas. Pas un seul instant. Pas même pour ramener sagement ses cheveux fous derrière ses oreilles. Elle ne frissonnait plus, à présent. Elle tremblait. Mais le froid n'était pas l'unique raison de cette réaction inattendue. Le dépaysement, l'inconnu.. La peur. Oui, Akemi avait peur. Très peur. Jamais elle ne s'était retrouvée dans une telle situation. Jamais elle n'avait quitté son pays natal en laissant ses origines derrière elle. Et c'est cela qui l'effrayait. La jeune fille au coeur de glace et à l'expression de marbre, ressentait enfin une émotion humaine. Car humaine, elle l'était, même si elle aurait peut-être préféré rester différente dans les moindres détails. Oui, différente, elle l'était. L'adolescente se croyait même la seule à être aussi peu chaleureuse, car elle n'avait jamais rencontré quelqu'un qui l'égalait sur ce point. Et pourtant, Danyka, le jeune homme qui se tenait de l'autre côté de la grille, qui venait, lui aussi, de s'adosser au mur, donnait l'impression d'être comme elle.
Derrière ce mur.. derrière ce mur qui paraissait si haut, si infranchissable.. ce mur sur lequel Akemi s'était appuyée par ennui.. derrière ce mur continuait le chemin de la japonaise. Car sa nouvelle vie, c'était ici qu'elle devait la commencer. Ici et maintenant. Et pour l'instant, elle en avait peur. Une peur effroyable. D'habitude, c'était plutôt elle qui faisait fuir ceux qu'elle croisait. Mais non, cette fois, elle tremblait, et ce de plus en plus fort. Ce n'était pas la présence de Danyka qui gênait la jeune dépaysée. Au contraire, voir quelqu'un comme elle ne pouvait que la rassurer. Et pourtant, ce sentiment d'inquiétude restait. S'agrandissait. Pourrait-elle un jour être comprise par quelqu'un ? Peut-être. Et lorsque Akemi tourna la tête vers l'adolescent qui fumait, à son opposé, ce fut une lueur d'espoir qui jaillit et filtra à travers le regard si profond de la belle demoiselle, pour disparaître dans une larme brûlante qui coula sur sa joue blanchie par la brume, creusant un sillon noircit par le maquillage sur son passage.
Pleurer. Akemi n'avait pas manqué de le faire, ça c'était sûr. Peut-être même qu'elle avait trop pleuré. Mais cela faisait longtemps qu'une larme n'avait pas traversé ses yeux bruns, ni son coeur qui paraissait fait de pierre. Et pas n'importe quelle larme. Une larme sincère. Une larme à la fois lasse d'endurer des choses si dures, mais aussi remplit d'espoir. Car l'espoir faisait vivre. Et sans ça, cela ferait déjà longtemps que la future étudiante en aurait fini avec la vie. Attendre. Attendre en espérant que des jours meilleurs l'attendent. En désirant, en priant sans croyance pour pouvoir connaître le sens du bonheur un jour. Pour pouvoir raconter des souvenirs heureux à quelqu'un qui la comprendrait. Attendre en s'aveuglant pour ne pas remarquer que les choses ne faisaient qu'empirer. La vie d'Akemi se résumait à ça. Souffrir. Mais pas pleurer. C'était fini, le temps des larmes. Le temps où elle racontait tous ses problèmes au premier venu. La jeune fille savait maintenant qu'elle devait tout garder pour elle. Même si c'était dur et à la limite du possible. Mais ce matin-là, c'était différent. Si Danyka venait lui parler, elle lâcherait tout. Tout. Parce que sa page était à présent trop lourde pour qu'elle puisse la tourner toute seule. Akemi n'avait plus rien à perdre. Et elle avait confiance en Danyka. Elle ne le connaissait pas, mais elle sentait quelque chose de différent avec lui. Peut-être parce qu'il avait enduré pas mal de souffrances, tout comme elle. Ou peut-être pas. Mais elle n'essaya pas de cacher ses pleurs, même si elle était presque sûre que le bel asiatique ne les remarquerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Danyka London
People Error.
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35
Humeur : Peut-être que je vais bien... Peut-être.
Date d'inscription : 16/02/2008

Feuille de personnage.
Envie du moment: ...
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   Mer 26 Mar - 22:15

Une nouvelle vie commençait, c'était vrai. Mais pas n'importe quelle vie. La route de tous les délinquants de Londres ou d'ailleurs se traçait ici-même. A la Sheffield Hallam University. Au fond, c'était étrange une université de ce genre. Tous les rebus de la société, tous les jeunes les plus terribles s'y retrouvaient. Ca pourrait donner froid dans le dos. Qui aurait envie d'enseigner la vie à des gens qui n'écoutent rien ? Personne. A moins d'être suicidaire, bien entendu. Mais si cette université était là, c'était parce qu'elle avait un but. Et ce but était de redresser ces jeunes gens, leur apprendre à devenir plus agréables, à voir la vie du bon côté. Seulement, tout le monde savait que ce ne serait pas si facile. Un long chemin attendait les élèves comme les professeurs, l'adjoint comme le directeur. Un chemin qui paraissait sans fin, en soit. Mais le Directeur, lui, savait que tout ça aurait une fin un jour. Il réussirait à calmer ces jeunes gens, à les rendre approchables et aimables. Tout ce qu'il voulait, le Directeur, c'était redonner une vie à ces adolescents. Les faire sourire et apprécier ce qu'ils peuvent recevoir. Leur apprendre à donner, sans tricher. Et ça, tous les futurs élèves de l'université le savaient, au fond d'eux. Même s'ils n'osaient pas se l'avouer, ils le savaient. Et ça, Danyka lui-même en était conscient. Il ne le dirait jamais à personne, mais il savait bel et bien qu'une fois son passage à Sheffield Hallam, il sortirait changé. Complétement différent de ce qu'il était actuellement. Et pourtant... Même cette pensée l'effrayait. Qui deviendrait-il à la sortie de cette université ? Il ne serait plus le même, il ne serait plus Danyka London, l'homme que tout le monde voyait en ce moment même, en train de fumer, adossé contre l'enceinte de sa future vie.

Peur. Il avait peur, également. Il ressentait un sentiment de terreur immense. Tout comme Akemi, qui tremblait. Danyka ne l'avait pas fait voir, mais il avait remarqué à quel point la jeune fille tremblait. Mais que pouvait-il bien y faire ? Il ne savait pas qu'elle tremblait par peur. Il pensait plus que c'était de la faute de cette maudite brise qui faisait danser leurs cheveux de façon saccadée, et pas de la peur. Mais lorsqu'il vit les larmes couler le long de son doux visage, il comprit. Il comprit à quel point elle pouvait être effrayée par cette nouvelle vie qui se dressait devant elle. Ce futur représentait une vraie frayeur aux yeux des deux jeunes gens. Et ça se comprenait. Que feriez-vous si vous sachiez que vous alliez sortir d'une université, complétement changé ? Qu'est-ce qui vous viendrait à l'esprit si vous sachiez qu'en entrant ici, vous ne pourrez peut-être jamais en sortir ? La peur vous prendrait, croyez moi. Elle vous ferait trembler de tous vos membres avec ses visions d'horreur. Elle irait même jusqu'à vous faire pleurer, comme ce que faisait la belle Akemi. Mais Danyka, lui, s'était juré qu'il ne pleurerait pas. Dés l'instant où il avait vu ces perles de cristal glisser le long de la peau de la japonaise. Il s'était juré qu'il ne pleurerait pas. Pour elle. C'était un homme, il se devait de se montrer fort et protecteur envers cette femme. Il ne la connaissait pas, mais voulait l'aider. Le désir d'empêcher ces maudites larmes de couler était beaucoup trop fort. Il détestait voir les gens pleurer. Peu en importait la raison. Il avait lui-même beaucoup trop pleurer pour supporter la vue des autres en train de le faire. Il ne voulait plus entendre ces gémissements plaintifs, ni voir cette eau couler le long du visage. Jamais. Alors il s'approcha de la jolie japonaise, le visage neutre, mais bientôt remplacé par une expression inquiète. Sans vraiment savoir pourquoi, il brisa le silence de sa voix :


« Vous avez peur, vous aussi, n'est-ce pas ? »

_________________
.WHEN IT'S OVER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://when-its-over.forums-actifs.net
Akemi Hanako

avatar

Féminin
Nombre de messages : 5
Age : 29
Localisation : Quelque part ^^'
Humeur : Ca pourrait être pire.
Date d'inscription : 02/03/2008

Feuille de personnage.
Envie du moment: Solitude..
Relations:

MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   Dim 30 Mar - 20:12

« Akemi ? Allez, debout ma puce, c’est l’heure de se lever. Tu ne voudrais tout de même pas manquer ta rentrée ? ». C’était un matin frais. Un matin mouillé. La pluie ruisselait dans les rues de Tokyo, humidifiant la végétation, emplissant les caniveaux des rues principales d’une eau polluée, tombée du sombre ciel japonais. Une jeune fille ouvrait lentement ses beaux yeux bruns encore emplis de sommeil. Elle avait onze années derrière elle, mais ce jour-là était particulier. C’était son premier jour en tant que collégienne. En quelques minutes, elle fut prête. Son joli sac neuf à la main, courageusement, elle avait marché jusqu’à son nouvel établissement. Elle était grande à présent. Sa mère ne l’avait pas accompagnée en la tenant par la main, comme d'habitude, jusqu’à la grille imposante qui marquait le début d’une réelle vie. Akemi devrait se débrouiller toute seule à présent, comme pour toutes les années qui suivirent cette journée mémorable. Rien ne pouvait entamer le moral de la belle, pas même la pluie qui en aurait pourtant découragé plus d’un. Et malgré cette impression d’être indestructible, elle avait peur. Peur d’entrer dans le monde des adultes, où un problème à résoudre, plus ou moins facilement, l’attendrai à chaque tournant, chaque coin de rue. Peur de changer de cour, de quitter les jeux faciles, le bac à sable. Peur de vivre. Mais cette peur ne représentait pas même un dixième de ce qui attendait la jeune nippone, qui patientait courageusement jusqu'à l'ouverture des lourdes portes de sa vie, sur un collège où elle serait rejetée à l’avenir. Oui, elle était bien loin de pouvoir imaginer toutes les horreurs qu’elle allait devoir endurer sans broncher. Et, en ce matin anglais encore embrumé, maintenant qu’elle était consciente de ce danger permanent, la demoiselle n’en était qu’encore plus effrayée. L’ignorance était peut-être le meilleur moyen d’être heureux, après tout. On ne sait jamais ce qui nous attend, on est loin, même très loin de se douter du futur, de ce qui va nous tomber dessus peut-être dans la seconde qui va suivre. On peut vivre dans le bonheur, sans avoir la crainte de se réveiller terrorisé le lendemain. On ne se méfie pas vraiment, puisqu’on ne peut rien prévoir. Mais maintenant, maintenant qu’Akemi avait subi sans relâches des choses effroyables, elle faisait attention à la moindre chose. Elle était devenue méfiante et pessimiste. C’est pour cela que la peur qui l’envahissait, alors qu’elle attendait devant l’enceinte de Sheffield Hallam University, était bien plus forte. Bien plus enragée. Car la belle nippone savait que tout cela allait recommencer, alors qu'elle allait franchir l'entrée de sa nouvelle vie. Des horreurs, des malheurs, et des ennuis à n’en plus finir la guettaient. Pourtant, l'action, le moment qui s’en suivit, étonna vraiment Akemi.
« Vous avez peur, vous aussi, n'est-ce pas ? ». Le jeune homme qui attendait de pénétrer dans sa vie, lui aussi, de l’autre côté de la grille menaçante, venait de s’adresser à la jeune fille en pleurs. Celle-ci sursauta avec effroi. Elle ne s’attendait vraiment pas à ce que le japonais remarque son mal-être. Pourtant, il fallait bien croire que c’était le cas. Il l'avait vue, et l'avait montré, en plus de ça. Mais ce qui réchauffa le cœur d’Akemi n’était pas seulement le fait que Danyka s’adresse à elle. « Vous aussi, n'est-ce pas ? ». Cette phrase.. Ces mots, si vous préférez, avaient impressionné la jolie demoiselle qui pleurait en silence, quelques secondes auparavant. Que cela signifiait-il ? Que devait-elle y comprendre ? Qu’elle n’était pas la seule à avoir peur ? Toutes ces questions tournaient dans sa tête perturbée, et torturée avec acharnement.
L’adolescente se redressa lentement, réagissant enfin à l’action du vent londonien, remettant d’un geste machinal ses cheveux à leur place respective. Le regard de la future étudiante parcouru de nouveau son interlocuteur. La lueur d’espoir s’était-elle agrandie, au fond de ses yeux humidifiés ? Elle tira de nouveau sur ses manches trop longues, avant de s’en servir pour essuyer lentement ses larmes, faisant attention à ne pas abîmer son maquillage sombre plus qu’il ne l’était déjà. Akemi se mordit la lèvre inférieure, sentant le goût salé de sa peine descendue jusqu’à sa bouche gercée, fendue par le froid. Elle se répéta obstinément la question de Danyka plusieurs fois, histoire d’être sûre de ses paroles réconfortantes. Puis, elle essaya de répondre convenablement, en se faisant comprendre malgré les nombreux tremblements que décrivait sa voix, encore emplit de sanglots douloureux. Finalement, le jeune homme avait remarqué qu’elle pleurait, et c’est aussi ce qui réchauffait le cœur de la demoiselle en détresse, lui rendant encore un peu d’espoir. Akemi baissa les yeux, ayant terminé de sonder son interlocuteur. Ses lèvres laissèrent alors échapper sa réponse, prononcée d’un ton faible, malgré elle. De toute façon, ses dires allaient bien se ressentir, dans sa voix.

    « Oui, vraiment peur.. »
Elle n’avait rien prononcé d’autre, car elle estimait que répondre à la question du bel asiatique était déjà un bon début, pour quelqu'un n'étant pas vraiment habitué à s'exprimer. Elle posa de nouveau son regard sur le japonais, attendant sa réaction. Allait-il parler ? Lui dire qu’il était aussi terrifié qu’elle ? Les questions que la jeune nippone se répétait en boucle, sans trouver de réponse, confirmait qu’il lui restait encore une part de cette ignorance enfantine qu’elle aurait aimé garder bien plus longtemps que jusqu'à cette rentrée collégiale. En tout cas, Akemi voulait vraiment discuter avec Danyka. Car ce qu’il venait de dire confirmait la confiance que l’adolescente lui portait. Oui, pour une fois depuis très longtemps, elle désirait parler. Communiquer avec quelqu’un qui serait capable de la comprendre, de faire taire ses sanglots, de calmer ses frissons permanents qui signalait la peur à n’importe quel instant. Elle le voulait plus que tout, et aurait donné n’importe quoi pour que le jeune asiatique s’adresse de nouveau à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce qu'il faut bien un commencement à toute histoire. [ Pv Danyka ].
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Parce qu'il faut bien trouver une distraction (Elvir)
» [Sept. 2000]Parce qu'il faut bien qu'être préfets ait ses avantages [Ara]
» Buenevo, "Tony" Green. Parce qu'il faut bien vivre. (Attente de validation.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
When it's Over. :: Sheffield Hallam University. :: Grande grille-
Sauter vers: